Haitian Ministries

5/24/2020:  La Prière de l’Ame souffrante

Sermon du 7e Dimanche de Pâques: Commentaires de Jean 17, 1-11

Après avoir annoncé à ses disciples qu’ils doivent s’attendre à faire face aux tribulations de la vie, Notre Seigneur Jésus donne la prière comme recourt eminent pour en sortir victorieux. Toutefois, la prière du croyant qui souffre comporte certains éléments que l’on ne retrouvent pas au prime abord dans les autres contextes de prière. À nous tous qui faisons l’expérience d’une claire situation de tribulations, le Seigneur invite à faire de nos prières une relecture de trois entités fondamentales : le TEMPS, la GLOIRE et l’ESPACE.

  1. Par rapport à la vision linéaire de l’histoire qui est largement partagée à travers le monde et qui rendait compliquée la compréhension de la souffrance et des tribulations du juste, le Seigneur nous invite à comprendre que c’est lui-même qui fixe l’heure des évènements dans ses décrets. En somme, l’être humain ou encore le croyant qui souffre injustement doit toujours se dire que les moments dans nos vies ne sont pas amenés par le destin : Dieu est toujours et encore aux commandes. Il a un plan.
  2. Si le monde associe toujours l’idée de gloire à celle de victoire et de récompense, le Seigneur invite à aller à contre-courant. L’ignominie et les crachats dont le Christ va être l’objet, loin d’être une humiliation, est plutôt la consécration de la gloire par les voies de l’humilité. Une tribulation est toujours une opportunité pour constater sa petitesse face au Créateur de toute chose. 
  3. Au regard de la Catéchèse du monde, un moment de tribulation peut facilement entrainer à un repli sur soi et un immobilisme. Notre Seigneur Jésus enseigne plutôt que la souffrance injuste doit toujours être considérer comme une invitation à aller plus loin, à explorer de nouveaux territoires, à avancer en eaux profondes. L’humanité est notre famille. Le monde est notre territoire d’évangélisation. Toute âme souffrante, pour s’émanciper, doit être prêt à élargir son cercle. 

Voila ce à quoi, nous, qui souffrons injustement, sommes invités.

J.GUSTAVEMIRACLE, STL

[email protected]com

 

5/17/2020:   COMMENT SURMONTER LA SOLITUDE ?

Sermon du 6e Dimanche de Pâques: Perspective Théologique sur Jean 14, 15-21

Par P. Gustave Miracle

De toutes les expériences qu’il ait été donné à la condition humaine d’être l’objet, la solitude en constitue l’une des plus éprouvantes tant elle donne lieu à des réactions-extrêmes telles que l’immobilisme d’une part et l’hyper-activité d’autre part. Du Stoïcisme grec et romain jusqu’au Béhaviorisme américain en passant par la Renaissance italienne, presque toutes les philosophies humanistes ont essayé d’y apporter des éléments de solution. Le monde de ce XXIe siècle goûtent peu ou prou à toutes ces sauces et a essayé de les mettre en pratique avec d’autant plus d’authenticité en ce temps de pandémie qui a forcé au confinement et à la quarantaine. Au beau milieu de cette ère de communication virtuelle où les murs et les enclos des résidences semblent ne plus constituer d’obstacles à l’échange et aux relations humaines, la question de la solitude ressurgit dans le débat publique et les réponses qui y correspondent sont plus que d’actualité. 

Les Saints Évangiles nous présentent un contexte similaire auquel Notre Seigneur Jésus avait apporté des remèdes précises et éternelles. En effet, dans les temps qui précédaient sa passion, le Christ a donné aux disciples une démarche tripartite comme antécédent pour surmonter leur solitude subséquente et ensuite recevoir le Paraclet, puissance de réconfort et de réconciliation. Saint Chrysostome développe cette remède à trois branches successives comme suit : l’AMOUR, l’OBÉISSANCE et la FOI. En somme, quand on se sent seul et que l’on veuille recevoir de Dieu la puissance qui console, il convient de s’inscrire dans un premier temps dans la confiance en l’amour inconditionnel de Dieu et le devoir d’aimer le prochain. Ensuite, on surmonte la solitude en s’armant de courage pour observer les obligations de l’amour. Enfin, en toute chose et circonstance, il est nécessaire de toujours croire que Dieu a un plan. Au sommet de cette démarche, nous recevrons la consolation personnifiée : l’Esprit-Saint.

À nos marques !!! En avant toutes !!!

Gustave MIRACLE, STL

 

 

5/10/2020:  À LA REDÉCOUVERTE DE NOTRE VÉRITABLE IDENTITÉ

Sermon du 5e Dimanche de Pâques - Une perspective théologique sur Jean 14, 1-11

Par P. Gustave Miracle, STL

S’il parait naturel d’être attristé et troublé par l’idée de voir mourir un parent ou un ami, la redécouverte de notre identité profonde nous permet de faire face à ce moment-limite avec foi, espérance et amour. Les Apôtres de Jésus ont été profondément troublés par les références discursives concernant la mort prochaine de Notre Seigneur. En effet, la deuxième partie de l’évangile écrite par le disciple que Jésus aimait (Jean 12-24) fait mention à maintes reprises de l’imminence de l’heure de la glorification du Fils de Dieu. Voila pourquoi Jésus se propose de leur révéler qui Il est au fond; ce, dans le but de chasser de l’esprit des Apôtres toute forme de peine à l’idée de son départ prochain d’une part et de l’autre, de les aider à croire en leur futur en tant que communauté de foi.

  1. “Je suis DIEU et maitre de la vie. Sur moi, la mort n’a aucun pouvoir,” dit Notre Seigneur en substance à ses disciples. Voila la raison pour laquelle vous n’aurez pas besoin de pleurer à l’heure de ma passion. La souffrance et la mort ne sauraient m’arrêter. En effet, comment Celui qui a donné existence et vie à tout puisse t-il être sujet à la non-existence et à la disparition. C’est non seulement contradictoire et inconcevable, ce n’est tout simplement pas vrai. Jésus est Dieu. Il est vraiment Celui qui est, qui était et qui vient. Toutefois, face aux questions qu’un doute légitime pourrait soulever quant à la véracité de l’identité divine de Jésus, Saint Chrysostome nous invite à considérer trois nouveautés dans son ministère publique qui puissent être considéré comme preuve de sa divinité. Ce sont : l’habilité de Jésus à commander aux forces de la nature, son autorité à pardonner les péchés et sa puissance à ressusciter les morts. Seul Dieu peut faire tout ceci. Aucun prophète ou juge avant Lui n’ont pu résumer en leur personne autant de pouvoir. Cependant, aussi paradoxal que ceci puisse paraitre, Jésus annonce aux disciples qu’ils feront davantage que ce qu’Il a lui-même réalisé.
  2. Comment un être humain et une communauté de foi peuvent-ils arriver à être auteurs de prodiges, de miracles et d’oeuvres ineffables ? Le livre de la Genèse nous répond que c’est parce qu’ils sont Image et Ressemblance de Dieu à savoir qu’il y a du divin en nous. L’Apôtre Saint-Paul, dans sa Deuxième Lettre aux Thessaloniciens, nous décrit comme ayant trois composantes fondamentales : esprit, âme et corps en ce sens que nous sommes tri-dimensionnel : corporel, moral et spirituel. Jésus, pour sa part, ajoute que tout nous sera donné si nous demandons en son nom, lui qui est Chemin, Vérité et Vie ; en d’autres termes, Lui qui, par son incarnation, nous montre le chemin de l’humilité, dans son ministère, nous a libérés dans la vérité, et par sa passion et sa resurrection, nous montre notre vocation ultime, la vie éternelle. En somme, quand nous serons humbles dans nos pratiques, véridiques dans nos prise de parole et optimiste quant à notre avenir, nous donnerons, à coup sûr, au monde l’opportunité d’expérimenter la part du divin. 

Voila le beau programme auquel nous sommes tous conviés. Prions et invoquons constamment le Saint Nom de Notre Seigneur Jésus-Christ pour devenir Image de Dieu dans le monde et, de ce fait, chasser toute forme de peur et de crainte en nous.

J.GUSTAVEMIRACLE, STL

[email protected]com

 

5/3/2020:  Être un Leader selon le Coeur de Dieu

Sermon du 4e Dimanche de Pâques - Jean 6, 1-10 

Par P. Gustave Miracle, STL

Les Pharisiens et les Scribes récriminaient les Apôtres de Jésus et bon nombre de gens simples du peuple qui ne voulaient pas les suivre. Ils les accusaient d’aveuglément, de cécité. Jésus leur dit, haut et fort, que c’est en raison du fait qu’ils soient des voleurs et des larrons qu’ils ne soient pas suivis par les gens de bonne volonté. Se tournant à ses disciples, Jésus établit le profil du LEADER qu’ils se doivent d’être afin d’emmener le peuple à Dieu. Notre Seigneur Jésus caractérisa le vrai berger à partir de trois figures symboliques : la PORTE, la VOIX et la MARCHE au milieu des loups. 

  1. Le symbole de la PORTE est une figure de l’HUMILITÉ. Le vrai berger est celui qui passe par la porte et non celui qui escalade le mur d’alentour. Ici, La Glose nous aide à comprendre l’utilisation de la porte par Notre Seigneur comme une référence à la porte étroite du Temple de Jérusalem qui débouchait sur le quartier des privilégiés. Elle requérait de se baisser pour ne pas se frapper la tête. Le larron est celui qui se gonfle d’orgueil, car il est représenté par celui qui escalade le mur. Notre mission d’évangélisation portera des fruits qui demeurent quand nous la vivrons en toute humilité. 
  2. Le symbole de la VOIX est une figure de notre DIMENSION PROPHÉTIQUE. En effet, pour Saint Chrysostome, les prophètes notamment Isaïe, Jérémie et Jean-Baptiste se sont toujours présenté comme la VOIX qui dénonce les mauvais routes qu’emprunte le monde. En somme, le Chrétien accomplit son leadership moral dans le monde en ayant le courage de lui dire ce qui ne va pas par rapport à la Justice, à l’Amour, à la Paix et à la Vérité auxquels il a été appelé. Pour accomplir sa mission, un leader ne doit jamais perdre sa dimension prophétique. Ne perdons jamais notre rôle de prophète afin que le monde croie.
  3. La MARCHE au milieu des loups à la tête de ses brebis est une figure de l’ESPRIT DE SACRIFICE. Le vrai leader vit ce qu’il prêche jusqu’à en mourir. Il ne suit pas le courant pour faire écho de ce qui a pignon sur rue, de ce qui est en vogue, de ce qui est à la mode. Il se singularise par sa capacité à être l’exemple vivant de ce qu’il prêche. Il est un guide. Il montre le chemin de la lumière et de la vérité. Il incite à sortir de l’ignorance et de la noirceur. Voila pourquoi il sera donc le PREMIER à être libéré, à être ressuscité. 

Voici ce à quoi nous sommes appelés : à devenir des leaders, des bergers pour le monde selon le coeur de Dieu !

____________

  1. J.GUSTAVEMIRACLE, STL

[email protected]com

 

4/25/2020:  “RENDUS VICTORIEUX DU DOUTE ET DE LA TRISTESSE”

Sermon du Troisième Dimanche de Pâques - Année A (Luc 24, 13-35)
Par P. Gustave Miracle, STL
  1. Ammon et Cléophas, les deux disciples de Jésus qui avaient pris la route en direction d’Emmaus, étaient habités par deux sentiments de blocage : la TRISTESSE et le DOUTE. Jésus vint à leurs secours alors qu’ils étaient à mi-chemin pour ajouter ce qui manquait à leur expérience avec Lui. Avant, ils parlaient de la portée morale et politique des actes et paroles de Jésus. Plus tard, ils seront en mesure d’inculquer au monde la dimension divine et transformatrice de l’Evangile. 
  2. Pour chasser leur tristesse, Jésus leur expliqua que les souffrances du Fils de Dieu constituaient la rançon nécessaire pour le rachat du péché du monde et qu’elles ne signifiaient pas une absence de l’amour divin. Voila pourquoi la croix n’est pas la fin de l’histoire, elle doit coute-que-coute culminer vers Pâques, vers la résurrection. Cette parole avait amener à leur coeur une joie ineffable. En effet, quand le monde entendra à quel point Dieu l’aime et veut le sauver depuis le commencement, il recommencera à sourire et à croire en un lendemain meilleur. La Bonne Nouvelle qu’il convient d’enseigner au monde est celle qui stipule que Dieu ne nous abandonnera jamais en dépit de toutes les méchancetés que nous pouvons observer et dont nous pouvons être les victimes.
  3. Jusque là, ils n’avaient pas vu que c’était Jésus. Le doute les rendait aveugles. Cependant, leurs yeux allaient s’ouvrir au moment de la fraction du pain, au moment où Jésus rompit le pain et le leur donna. En somme, si la prédication de l’Amour inconditionnel de Dieu transforme les coeurs, c’est le partage entre frères et soeurs qui chasse le doute, car il fait voir Dieu. Là où l’on vit ensemble, là est le Royaume des cieux. S’il n’y a pas de charité fraternelle, Dieu ne se laisse voir, ni expérimenter corporellement. Si nous voulons que le monde cesse de douter, commençons d’abord par vivre dans la communion fraternelle. Devenons donc une Eglise qui prêche, mais aussi et surtout, une qui prend soin des pauvres, des sans-abri, des déshérités et des laissés-pour-compte. 

Qu’il en soit ainsi pour chacun de nous !

J.GUSTAVEMIRACLE, STL

[email protected]com

 

4/18/2020  :   De la Double Proclamation de Paix au Double Don d’Amour

Sermon du Deuxième Dimanche de Pâques : Dimanche de la Divine Miséricorde 

Par Père Gustave Miracle

1. Après la Bonne Nouvelle de la Resurrection proclamée à leurs oreilles par Marie-Madeleine, les Apôtres, cachés dans la Chambre haute par peur des juifs, étaient tiraillés entre le refus de croire et la tristesse de n’avoir pas été ceux à qui le message de la resurrection aurait été confié en premier. Si, dans le jardin, la vérité de la resurrection a été confié de manière progressive à Marie-Madeleine, ici, le Seigneur apparait aux Apôtres dans toute sa clarté et vérité. Alors qu’ils étaient terrassés par une double peur : celle des juifs et celle de faire face au Christ ressuscité, c’est de nuit que le Seigneur vint les visiter, comme pour exorciser leur peur, tout en les saluant, à son tour, par une double proclamation de paix.

2. Saluer les disciples à deux reprises ne semble pas revêtir du sceau de la nécessité ; une seule salutation parait en effet suffisante. Toutefois, cette double proclamation contient une signification théologique très profonde dans la centralité de l’histoire du salut. Dieu veut donc nous communiquer une double paix en raison de notre double mission : une paix pour pouvoir aimer le prochain comme nous-même et une autre pour l’aimer de tout notre coeur, âme, force et pensée. En somme, quand nous montrerons à notre prochain à quel point nous l’aimons, nous serons en mesure d’aimer Dieu vraiment. La paix est donc la condition préalable à la pratique de l’amour. Une personne perturbée et tourmenté par toute sorte de peur se trouve dans l’incapacité de semer la charité autour d’elle. Voila pourquoi, pour rendre la réalité de la paix qui conduit à l’amour effectif dans la vie de ses disciples, Notre Seigneur Jésus-Christ leur fait le plus grand des cadeaux : l’Esprit-Saint.

3. C’est Saint Grégoire le Grand qui nous éclaire sur le rôle de ce premier souffle du Saint-Esprit par Notre Seigneur Jésus sur le Apôtres. En effet, selon lui, c’est pour leur inculquer un esprit d’innocence et une capacité à prêcher ce qui est utile au salut que le Seigneur insuffla sur eux l’Esprit-Saint pour la première fois. En définitive, avant d’aller enseigner au monde les vérités du Royaume des cieux, il est nécessaire que les Apôtres en soient d’abord imprégnées de manière divine. Les futurs propagateurs de la Bonne Nouvelle d’Amour, de Vérité, de Justice et de Paix vivent déjà dans leur être profond ce qu’ils vont enseigner. Ils ne donneront pas ce qu’ils n’ont pas. Ils ne placeront pas sur les épaules des gens ce qu’ils ne peuvent même pas porter. C’est donc à cela que le Christ nous appelle : à devenir DON D’AMOUR pour le prochain par la reception de la PROCLAMATION DE PAIX de Notre Seigneur Jésus-Christ. 

Qu’il en soit ainsi pour chacun de nous !

J. GUSTAVE MIRACLE, STL
[email protected]

 

4/11/2020:  "Appelés à être Témoins”

 
Par Père Gustave Miracle
 
1. Au Dimanche de Pâques, trois personnages ont témoins oculaire et auriculaire de la résurrection de Notre Seigneur Jésus. Ceci nous enseigne beaucoup sur le remplacement des deux anciennes alliances par la nouvelle. En effet, ces trois personnages sont constitués par Pierre, Jean et Marie Madeleine.
 
2. Pierre représente l’Economie divine des nations, c’est-à-dire l’humanité à qui Dieu a demandé de remplir et de dominer la terre. Il est caractérisé par deux qualités : sa PERSÉVÉRANCE et son APPLICATION. Il est parti d’abord, mais n’arriva au tombeau qu’en deuxième lieu, car ses qualités ne suffisent pas pour s’approprier la résurrection avec facilité et rapidité. Il constitue une quête imparfaite de Dieu.
 
3. Jean représente la Synagogue juive ou encore l’alliance passée avec le peuple d’Israël par l’entremise de Moïse. Il est caractérisé par L’INTELLIGENCE et la CONNAISSANCE des choses divines. Il est plus prompt à comprendre les Charités divines ; mais, trop souvent, il fait preuve d’incrédulité. 
 
4. Le Symbole du Peuple de la Nouvelle Alliance est la figure de Marie Madeleine. Il est caractérisé par son amour et son désir du ciel. Il n’attend pas de recevoir une annonce ou une invitation. Il cherche Dieu par DÉSIR et AMOUR. C’est ce que nous devons imiter. Ainsi, nous deviendrons des membres de la Nouvelle Alliance montrant au monde la direction du ressuscité. 
 
JOYEUSES PÂQUES 2020
 
Post-Scriptum : Continuez à supporter votre paroisse du mieux que vous pouvez. Agissez toujours selon votre capacité et générosité.
 
 
____________
J. GUSTAVE MIRACLE, STL

 


–